23/06/2013

Senzanome 1ière visite : juin 2013

SENZANOME 1ERE VISITE : JUIN 2013

Giovanni Bruno et Senzanome, je n'en avais jamais entendu parler avant la première année de Culinaria. C'est là que j'ai découvert sa cuisine classique italienne, classique mais en y apportant juste un brin de modernité, en respectant les produits à fond et en ne cherchant pas la complexité.

Je me rappelle ainsi d'une petite assiette d'osso bucco boosté par pas mal de moëlle, extra. Je me rappelle aussi de son travail autour de la tomate et de la mozzarella. Cette année ce fût aussi bingo avec son pane & panele salmone affumicato, crema du melanzane, gelo di limone menta e corianto. Un plaisir en bouche. Je me souviens aussi de moments très marrants pendant les demo's ou il était associé à d'autres chefs, tel que Lionel Rigolet. Non seulement il cuisine bien, mais en plus c'ést un vrai entertainer qui faisait un peu office de clown de service.

Après j'ai apris qu'il avait été élu meilleur restaurant italien d'europe (hors italie) en 2011 et 2012. Il fallait que j'y aille un jour. Chose faite maintenant et pas déçu du tout. Merci à mes amis de m'y avoir invité. Aucune assiette n'est retournée en cuisine sans nettoyage approfondi de ma part avec un bout de pain, voir le bout du doigt.

Malheureusement, je n'ai pas noté les différents énoncés des plats, mais j'ai pu retrouver la majeure partie via le net.

Quelques constantes tout de même. Primo, il y a du drapeau italien partout, le vert, le rouge et le blanc sont plus que présent dans les assiettes. Secundo, le fromage y est sous toute ses formes. Si vous aimez le parmesan, pecorino, mozzarella, burrata, ricotta, .... vous ne serez pas déçu.

Quelques déceptions quand-même: pas de bonne huile à table afin d'en enduire les morceaux de pain. Pas vraiment de formule 'vins adaptés' non-plus, ce qui résulte en un même vin pour deux plats et donc des mauvais accords. Par contre, bon point d'avoir un voiturier dans ce quartier ou l'on pourrait tourner une petite heure avant de trouver une place, mais voiturier qu'on retrouve donc naturellement aussi dans l'addition finale.

Alors voici de quoi saliver un peu:

BURRATINA BIO A L'HUILE D'OLIVE AU BASILIC, SORBET DE TOMATES

(plat que j'avais déjà eu le plaisir de réaliser à la maison, naturellement encore meilleur au Senzanome)

P1030249.JPG

 OEUF 64°, ASPERGES VERTES, .....

A tomber ce plat, l'oeuf parfait et la combinaison des ingrédients, très très miam.

P1030251.JPG

ORRECHIETTE....

P1030253.JPG

FILET DE BAR CUIT AU FOUR, TOMATES DE PACHINO, CAPRES DE PANTELLERIA, AIL, HUILE D'OLIVE, PUREE DE POMMES DE TERRE

P1030254.JPG

CUISSE DE POULET FARCIE MORTADELLE ET PISTACHES DE BRONTE (SICILE), PETITS POIS, SAUCE AU CASTELMAGNO (FROMAGE AFFINE DU PIEMONT), PETITS OIGNONS BORETTANE

Ici juste un bémol. On ne goutte pas du tout la pistache, car la sauce et la mortadelle masquent totalement le goût de la pistache. A part la belle note de couleur, j'ai trouvé dommage d'utiliser une pistache 'top' et de ne pas la goûter vraiment.

 

P1030256.JPG

CERISES AU PROSECCO ET MOSCATO, SORBET AU BASILIC CITRON, MERINGUE

P1030259.JPG

Nous avons naturellement terminé le repas avec un très bon (deux en fait) verre de limoncello, servi dans un contenant très joli aussi.

Verdict: beaucoup de maitrise, une utilisation varié des différentes variétés de fromages italiens, un visuel toujours très soigné, une cuisine qui reste classique mais avec juste la petite pointe d'originalité, une simplicité au niveau du nombre d'ingrédients, mais avec des produits au top question qualité. Bref, bon repas chez Giovanni.

Au niveau qualité-prix, on paye naturellement un peu Bruxelles et le voiturier, mais les portions sont suffisantes pour ne pas sortir avec faim du resto. Un menu avec vins adaptés par contre, est un réel manque ici.

Bonne Journée,

 

 

12:33 Écrit par Mark | Lien permanent | Commentaires (4)