23/02/2009

Une St Valentin inoubliable dans le Périgord: JOUR 3

UNE ST VALENTIN INOUBLIABLE DANS LE PERIGORD: JOUR 3

Etes-vous prêts pour le tôme 3, comme le dirait Mamina!

J'espère que vous n'êtes pas encore lassés.

PERIGORD 082

Troisième jour de notre magnifique séjour à Béchanou. Et l'odeur de la truffe devient tout d'un coup plus pérsistante, non? Vous la sentez la truffe? Moi oui, rien qu'a penser au dimanche 15/02, celà me revient en mémoire. Bon, pas trop difficile non plus. Je n'ai qu'a ouvrir mon firgo, car malgré une boîte hermetique, l'odeur passe tout de même un peu.

Dimanche matin donc, comme le matin précédent et aussi le suivant, un petit déjeuner à la Béchanou, un petit déjeuner qui met les petits plats dans les grands. A nouveau beaucoup de confiture de châtaignes et un très bon pain aux raisins secs et noix. Le bonheur. Dommage que je n'ai pas celà tous les matins à la maison. Manque de temps, manque d'énergie. Je suis plutôt soir voyez-vous!

La journée du dimanche était presque entièrement sous le signe de la truffe avec l'après-midi, visite d'une truffière et le soir un souper complèt avec la truffe comme fil rouge. Nous n'avions donc pas trop le temps de nous attarder bien loin du gîte cette fois. Mais, Dominique, la cuisinière et maîtresse de maison, nous avait concocté un beau petit programme. Nous décidions donc tous les 11 à passer la matinée ensemble : moi et mon épouse, Gérard et sa Valentine nos nouveaux amis Juraçiens, Jean-François, Corine, Jean-Michel, Corine 2 et leur fils les nouveaux copains Lorrains et Guy et Sylvie nos voisins belges.

bechanou 093

Au programme, tout dabord, visite de Fanlac, un village devenu célebre en France par le film tiré du roma d'Eugène Le Roy "Jacquou Le Croquant". Ses belles maisons à pignons aigus couvertes de lauze sont typiquement périgourdines. Il y a également une superbe église romaine fortifié du XIIème siècle. Le village est vraiment magnifique, avec des belles ruelles et des maisons terribles.

PERIGORD 079

PERIGORD 076

Afin de permettre à notre organisme de bien faire déscendre le petit déjeuner, et après avoir fait le tour du petit village, nous décidons tous de faire un petit circuit dans les environs, un circuit qui devait faire à peu près 4 km, dont 2 km sympa tout en déscente, avec sur le chemin, un château et un moulin. Mais aussi, et là celà se corse, une remontée de 2 km. Je peux vous dire que les grands sportifs que nous sommes, moi et ma belle, s'en souviennent encore. C'était dur, dur. Le coeur battait à du 160 et la réspiration je vous dis pas. Mais le but recherché était atteint: le petit déjeuner était oublié et l'estomac était à nouveau prêt pour une nouvelle fiesta.

PERIGORD 080

Comme vous pouvez le voir, la remontée était difficile pour certains.

PERIGORD 089

Nous avions, et même si le soir un grand souper autour de la truffe nous attendais, prévu d'aller manger tous ensemble au resto. Au matin, Dominique avait appelé plusieurs restaurants de la région afin de réserver pour 11 personnes, mais il fallait s'y attendre qu'avec la St Valentin, tout était complet partout. Mais, il en fallait plus que celà pour décourager notre maîtresse de maison. Elle a alors téléphoné à un ami restaurateur dont le restaurant est en principe fermé le dimanche et incroyable mais vrai, le restaurateur a ouvert spécialement pour nous.

PERIGORD 098
 

Le restaurant en question est le Bistrot Gourmand dans la commune de Bars. Déjà le nom du restaurant sonnait bien dans mes oreilles. Nous y sommes accueuillis par un chef-proprio très sympatique et dans un cadre très bric-à-brac comme on aime l'avoir dans un bistrot.

Nous débutons les agapes par un apéro au choix: vin de truffes ou vin de noix. Le vin de noix, je n'ai pas trop apprécié, mais alors le vin de truffes ou plûtot vin à la truffe, une belle découverte pour moi. Il devrait très bien accompagner du foie gras.

 

PERIGORD 097

 

Comme entrée, des Ravioles Ricotta-Truffe Blanche (huile de truffe blanche selon moi, vu le prix du menu), sauce Crème avec pesto légér. La présentation du plat ainsi que les saveurs étaient très plaisantes. Belle entrée.

Puis, du Magret de Canard, sauce aux Chanterelles. Un plat très terroir. Pas mal, mais trop ressemblant par l'utilisation de crème dans la sauce, à l'entrée.

Comme dessert une Crème Brûlée aux Châtaignes. Décidemment, les châtaignes ne me lachent plus les baskets.

Avec le café, le restaurateur nous a servi son brevage fait maison: un rhum amélioré avec du gingembre, de la canelle, de la vanille, .... Un beau petit cadeau pour clore ce diner.

 

DSC00430

 

Nous exprimons tous les 11 notre apréhension pour le repas du soir, est-ce-que nos estomacs allaient pouvoir suivre se rythme (heureusement que nous ne sommes là que pour 4 jours). Dominique a bien fait de retarder l'apéro d'une heure par rapport aux soirs précédents.

 

 IMG_0568

PERIGORD 113

Nous n'avons même pas le temps de faire une bonne sieste digestive, car Dominique nous attends au centre de Plazac à 14h30 pour la visite d'une truffière. Pendant plus d'une heure nous écoutons avec attention les explications de Claude : il nous explique que si le tonnage de truffes à fortement chûté en France, c'est par manque de travail, manque de travail de la terre et manque de patience. Il veut retourner à d'anciennes techniques qui ont prouvées leur éfficacité, mais en étant ouvert aussi au techniques modernes (par exemple de coupe d'arbres, de nombre d'arbres au mètre carré). Il nous explique combien d'années il faut travailler les arbres et la terre autour pour enfin obtenir des truffes. Il nous explique l'importance des petites choses, comme les crottes de fourmis, l'engrais des moutons, les verres de terre, l'ombrage ou pas au-dessus du brûlé. Passionant! Il nous parle également d'un vol recent de truffes sur sa truffière et beaucoup aussi de son chien Booba (un beau spécimen de battard). Il a caché quelques truffes dans le sol pour nous (caché oui, car c'est la fin de saison) et le chien les retrouve tous sans problèmes. Le chien en trouve même plus que le nombre de truffes cachées. Nous assistons aussi à une vraie métamorphose: un chien se roulant par terre à nos pieds et demandant les carèsses, se transforme en vraie machine de guerre. Une fois lancé sur le cavage de truffes, le chien ne supporte personne d'autre que son maître à moins de 10 mètres. Et quand on se rapproche il vous fixe et ose même attaquer (gentillement). Je suis aux anges et pour moi, celà aurait pu durer encore quelques heures, c'est passionant. La truffe c'est magique. Encore maintenant, après tant d'années d'études sur ce champignon, on ne connait encore que 1% de ce qu'il contient, de sa croissance, de son mystère.

PERIGORD 116

IMG_0575

 

 

PERIGORD 120

IMG_0582

 

Avec Sabine je fais encore le tour du village de Plazac. Nous y trouvons entr'autre un vieux lavoire. Quel courage avaient les femmes à l'époque. Vive la machine à laver tout de même.

 

PERIGORD 125

 

Après cette belle balade et un bon bain, nous sommes à nouveau prêt pour le souper du soir. Nous recevons un hôte de marque lors de ce diner: le caveur de truffes est des nôtres à table. C'est vraiment un bonhomme intéressant. On découvre qu'en fait les truffières et les truffes, ce n'est que son passe-temps, son hobby. Son vrai métier est poseur de loses. Les loses, se sont des pierres que l'on trouve dans le sol et les rivières de la région et que l'on casse et coupe à une taille voulue et dont on recouvrait à l'époque les toits des maisons. C'est une pratique et une profession en régression. Il faut des heures et des heures pour réaliser un toit (parfois une journée pour même pas un mètre carré) et ce n'est donc pas adapté à toutes les bourses. Mais comme il reste pas mal de maisons classées, d'églises, .... ils ont de quoi faire. Nous avons donc, après l'explication du cavage, également droit à l'explication de pose des loses. On parle aussi beaucoup de philosophie à table, car notre ami est aussi un peu un poète-philosophe qui a une certaine vision de la vie et de la société. Très intéressante rencontre.

Bon, et ce repas du soir? Magnifique et très truffé. Nous recevons d'abord deux petits toasts au beurre salé, avec chaque fois une belle rondelle de truffe fraîche du matin (la rondelle était plus grande que le toast). Excellent, une des meilleures manières de manger la truffe, n'est-ce-pas Marie-France?

 

PERIGORD 135

 

On continue l'apéro (avec Bergerac sec et moëlleux) avec un velouté de topinambours truffé et des oeufs brouillés à la truffe. Un régal et je prends enfin du plaisir à manger des truffes. C'était cuisiné à la perfection. Dominique nous donne quelques explications afin de réaliser celà également à la maison.

Comme entrée, un carpaccio de St Jacques aux truffes et sauce aux Champignons. Malheureusement, je n'ai vraiment pas aimé ce plat. C'est je pense le seul bémol du séjour. Les St Jacques étaient molles, flasques et je me demande si ce n'étais pas à cause de la surgélation des coquilles (mais je me trompe peut-être). J'ai trouvé qu'il y avait aussi trop d'éléments sur l'assiette: la sauce aux champignons était trop présente par rapport à la délicatesse des coquilles et de la truffe. Le tout était présenté sur une sorte de pain plat et rond. Pas mon truc. Mais mon épouse, elle, qui n'est pas trop St Jacques, a bien aimé ce plat. Comme quoi, les goûts et les couleurs.....

 

PERIGORD 137

PERIGORD 138

 

Le plat allait par contre me rendre plus heureux: du Daguet façon Rossini (donc avec du foie gras poêlé), jus de betteraves et tranches de betteraves, accompagné d'une purée de truffes. Très bon plat et j'ai découvert la bonne association de la truffe avec la betterave. Un grand oui pour la purée, qui ne contenait pas que 10gr de truffes. C'était bien dosé en truffes.

 

PERIGORD 140

 

Pour clôturer cette troisième journée, nous avons tous dégusté réligieusement (on pouvait entendre une mouche voler) un mi-cuit au chocolat. Je n'en ai jamais mangé de meilleur. Une merveille. J'espère obtenir la recette car je voudrais refaire ce dessert à la maison.

 

PERIGORD 143

 

Et puis, au dodo. Et, ouf, une bonne nuit pour madame également. On s'habitue à tout, même au capricorne dans le bois. :)

Bonne Journée les gourmands et gourmandes,

 

 

20:02 Écrit par Mark | Lien permanent | Commentaires (9)

Commentaires

Bonsoir Bonsoir Mark ,
Tu me donnes envies . J'ai bourlingué également les petits coins discrèts et je ne comprends pas les gens qui en bord de plage faire de la "Carpette" alors que la France regorge de merveilleux coins . Merci pour ton "Escapade Gourmande" (Guy Lemaire va t'envier...) ;
Amitiés,
Roland

Écrit par : Roland | 23/02/2009

Répondre à ce commentaire

Rectificatif Fassent au lieu de faire
Amitiés,
Roland

Écrit par : Roland | 23/02/2009

Répondre à ce commentaire

Roland, Ne t'inquitte surtout pas pour les fautes d'ortographe, j'en fais des tonnes.
Nous (moi et madame) ne sommes pas du tout plage, cocotier. C'est plutôt, partir à 9 heures et rentrer à 19 heures et profiter un maximum des régions que nous visitons.

Écrit par : Mark | 23/02/2009

Répondre à ce commentaire

Tome I -II et III m a g n i f i q u e s.
J'ai beaucoup aimé. Je reviendrai encore sur ces billets.

Écrit par : Aline | 24/02/2009

Répondre à ce commentaire

Quel beau pays que la France. Le Périgord je n'y suis encore jamais allée....ça a l'air très beau. Et quel festin vous avez faits, un restaurant pour vous tout seuls.

Écrit par : Chantal | 24/02/2009

Répondre à ce commentaire

Aline, Content que celà t'ait plu et que celà t'ait donné envie d'aller visiter cette belle région.

Écrit par : Mark | 24/02/2009

Répondre à ce commentaire

Chantal, Nous avons en tout cas bien savouré le moment et la chance que nous avions d'être parmi les nantis qui peuvent profiter de ce genre de séjours.

Écrit par : Mark | 24/02/2009

Répondre à ce commentaire

Superbe reportage comme d'habitude. Mais ai-je bien lu ? Toi Mark, tu as trouvé qu'il y avait trop de saveurs dans un plat !? ;-D

Écrit par : Philippe | 26/02/2009

Répondre à ce commentaire

Philou, Merci l'ami. Comme tu vois, tout arrive! Je n'avais vraiment pas aimé, c'était trop difus au niveau goût. Mais Sabine avait bien aimé.

Écrit par : Mark | 26/02/2009

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.