06/02/2014

Restaurant Table d'Amis 2e visite

RESTAURANT TABLE D'AMIS 2E VISITE

Lorsqu'une première visite dans un restaurant se passe vraiment très très bien, que le menu nous a emporté, qu'on y a passé un très bon moment et qu'on y a découvert dans quelques plats une signature, une âme, chez moi en tout cas, la deuxième visite suit et souvent c'est le début d'une longue série. Je suis assez fidèle en ce qui concerne les restaurants.

Lors de ma première visite je n'avais pas pris assez de notes et je n'avais donc pas écrit d'article. Cette fois, après cette deuxième visite, qui me laisse un excellent souvenir avec quelques belles découvertes, je ne peux pas passer outre.

Mais je ne suis pas un pro de la critique gastronomique, je vais donc juste donner mes impressions personelles d'un gars gourmand et gourmet. Il faudra aussi me pardonner l'oubli de quelques photos car les plats m'ont parfois tellement attirés que j'en ai oublié la photographie. Pour un des plats j'ai trouvé une photo sur internet (j'espère que la personne qui l'aura prise ne m'en voudra pas).

Le chef Mathieu Beudaert est un de ces cas que j'adore. Au départ il ne déstine pas du tout à la restauration, à la cuisine. Il étudie l'histoire de l'art et il travaille comme fonctionnaire dans la fonction publique sur Bruxelles. La cuisine est sa passion et il suit des cours du soir. Il décroche son diplôme et après quelques années comme traiteur il ouvre son propre restaurant en 2010. Il a alors 33 ans. Très bon choix je pense, car il est passionné et doué. Avec une trajectoire de ce type on est certain que la cuisine n'est pas un boulot, un travail, mais un besoin, une nécessité.

Depuis il a fait un beau parcours avec en ce moment une étoile au Michelin et un 17/20 dans le Gault & Millau, il a eu le titre de jeune chef 2013 pour la Flandre et est membre du collectif 'Northseachefs', collectif qui ne travaille qu'avec du poisson venant de la Mer du Nord.

Sa cuisine est claire, épurée, avec des produits assez reconnaissables dans l'assiette et avec des goûts bien francs, qui accrochent bien au palais.

Pour cette deuxième visite, nous avons opté pour le menu table d'amis, un menu qui se décline en 6 plats.

Avec mon bon shery dry Lusteau, je déguste avec plaisir les quatres mises en bouche.

Une première assiette avec des petits cornets de caramel très fins, remplis d'une crème de foie gras et un petit montage de tête de veau, crème de moutarde et graines de moutarde croquantes. Sympa et bien fait.

 

P1040618.JPG

Une troisième mise en bouche et celà monte en puissance. Des pleurottes marinées avec une crème de pleurottes et de l'amaranthe. J'adore! Une acidité vraiment superbement maitrisée dans cette mise en bouche, une crème à tomber, qui vous enveloppe le palais et la pointe d'acidité qui donne envie d'y revenir. L'amaranthe est une découverte pour moi, je connaissais de nom mais je n'avais jamais utilisé ni goûté. C'est tout petit, ça croque et pour être si petit celà dégage tout de même une saveur spécifique. Belle combinaison. Le dressage dans la coquille d'oeuf, découpée au toque-oeuf, me plaît aussi.

P1040621.JPG

Enfin, une quatrième amuse, qui de prime abord marque surtout par la magnifique assiette et étonne par la simplicité du dressage: quelques morceaux de calamar dans un bouillon. Mais lorsqu'on a ce bouillon, réalisé avec du shiso, en bouche, ici aussi, l'enveloppement du palais est complèt, une bombe de goût. La calamar apporte sa texture, mais c'est le bouillon biensur qui fait le plat. Un bouillon dont je peux ce matin, deux jours après, encore me rappeler la saveur. Top-bouillon. Le ton est donné.

 

P1040622.JPG

Puis vint le moment le plus délicat pour moi. Une entrée avec une huître. Je ne suis pas du tout fan des huîtres, traditionellement servie avec citron et poivre, je fais un blocage sur l'iode spécifique des huîtres. Mais les dernières fois que j'en ai mangé, plus travaillées par des chefs et surtout lorsqu'il s'agissait de Gillardaux ou comme ici de Grevelingen, c'était passé comme une lettre à la poste. Curieux donc de voir ce que le Chef allait nous proposer.

Une huître de Grevelingen avec des accents de moutarde, du chou blanc (sur la carte aussi une version avec du chou vert 'boerenkool'), des fleurs de moutarde. Si je me rappelle bien il y avait aussi une écume d'orge et un peu de yaourt. Eh ben les amis, j'ai beaucoup aimé. J'ai surtout aimé le petit goût aigre-doux qu'apportait le vinaigre de shiso utilisé dans cette recette. Les combinaisons des produits sont originales et ça marche!

Le plat était accompagné d'un excellent Grüner Veltliner de Loimier.

 

P1040624.JPG

Puis vint un premier plat, à base de poisson de la Mer du Nord, Northseachef oblige. Pour moi, le meilleur plat du menu. Une bombe de goût, un plat pour lequel je pourais même me lever à 3 heures de la nuit après avoir mangé une soupe à l'oignon suivie d'un cassoulet, la veille très tard au soir. C'est bon, oui, mais très très bon.

Il s'agit d'un morceau de cabillaud de la Mer du Nord, caramélisé, accompagné d'une brandade crémeuse et fumée, de céleri-rave grillé, de potiron et d'un jus de cerfeuil. La crème de brandade, confectionné à base de têtes de cabillaud fûmées très longtemps dans un 'green egg', faisait un peu pensé à un goût de helbot fumé, mais en 100x meilleur et concentré en goût. Un goût qui vous tue, qui vous laisse la bouche ouverte (pas top dans un restaurant), qui vous cloue sur place. Ici je vous mets la photo 'volée' car j'avais oublié d'en prendre une. Ici la version avec le chou vert.

 

TABLE D AMIS.jpg

 

Après ce plat terriblissime vint l'agneau de lait de Lozère, accompagné de salsifis très croquants (peut-être un rien de trop pour moi), du chicon travaillé avec de la truffe d'hiver si j'ai bonne mémoire, de l'oignon et un très très bon condiment à base de tomates. Je suis un peu plus mitigé sur cette assiette.

Un viande cuite en deux façons, très tendre et gouteuse, même si personellement je la préfère un rien plus rosée. Un jus tout à fait comme il se doit, le condiment que j'ai adoré et les scorcenère un rien trop croquantes (mais c'est probablement un parti pris du Chef). J'ai par contre moins aimé la préparation de chicons avec la truffe d'hiver, au final je ne retrouvais ni l'un ni l'autre dans ce mélange. Un convive pensait même qu c'était de l'aubergine, pas du chicon. La truffe se perdait, le chicon aussi, mais ce n'est que mon avis personnel. Après, les assiettes étaient tout de même complètement vidées par tout le monde. C'était bien bon.

 

P1040626.JPG

Entre les deux plats et les desserts, nous avons aussi eu droit à ce que j'appelle un mini-plat. Une royale de queue de boeuf, surmontée de pommes de terre émincées et croquantes et ici aussi de la truffe d'hiver râpée dessus.

La royale était parfaite, beaucoup de goût, concentré, viande bien tendre et on avait un goût de trop peu. La petite râpée de pommes de terre frites apportait un croquant sympa à cette royale. Par contre, la truffe n'apportait rien ici. Elle était râpée dessus et se perdait complètement dans cette royale forte en goût. Avec des morceaux de truffe plus conséquent, des belles tranches, celà aurait probablement fonctionné mieux, mais celà aurait alors gâché le visuel des pommes de terre croustillantes. Pour moi ici, on peut zapper la truffe, ce que j'ai donc signalé.

P1040628.JPG

Puis, deux desserts. Un premier dont j'ai malheureusement aussi oublié de prendre la photo: une glace au riz basmati, de l'orange sanguine et du piment rouge. Il y avait aussi du crispy avec des tuiles de chocolat blanc.

J'ai adoré la préparation d'oranges sanguines, bien relevée avec le piment rouge. Les tuiles de chocolat blanc aussi. Par contre, la glace de basmati, j'ai moins accroché. C'était original, mais j'aurais été plus conquis avec une glace au chocolat blanc et une tuile de basmati je pense.

Le deuxième dessert était une 'dornijpe taerte', une version moderne d'une tarte classique de Tournai je suppose. Il y avait de la pomme, du verjus, du sabayon, du croquant, de la glace. Je ne connais pas les détails de la composition, mais ce dessert était frais et très bon, très gourmand sans être lourd et la touche de verjus apportait vraiment une originalité gustative.

P1040632.JPG

Après celà nous n'avons pas résistés au charriot de fromage. Nous avions un bon souvenir de l'année d'avant avec entrautre un Camembert Ecossais (oui oui celà existe). Mais cette année, les fromages venaient de chez Van Tricht, plus de chez Callebaut. Donc exit ce fromage, mais d'autres très bons fromages naturellement. Rien à dire, tout était affiné et servi comme il se doit.

P1040629.JPG

Le repas s'est terminé, traditionellement avec un bon café, accompagné de quatres migniardises, un petit flan au sucre muscovado, un speculoos, une troisième que j'ai oubliée (ben oui quoi, les bons vins vous savez....) et un petit (même assez grand) morceau de tarte chocolat-café-oignon, que j'ai un peu moins apprécié.

Un menu qui nous a beaucoup plu, parfois étonné, parfois subjugé, avec selon moi encore quelques petits points à améliorer (mais je reste très humble quand je dis celà, je ne suis qu'un gourmand parmis des milliers de gourmands et mon goût n'est pas le goût de tout le monde).

On y retournera en 2015.

Si vous aussi, vous voulez tester ce restaurant et ce jeune chef montant:

 

TABLE D'AMIS

WALLE 184

8500 KORTRIJK (COURTRAI)

www.tabledamis.be

 

 

 

 

 

 

 

 

09:04 Écrit par Mark | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

Ont en a plein la bouche de votre reportage.

Le prix d'un gueuleton comme ça?

Dans peu de temps, je devrai me rendre à Anvers. Si cela se trouve je passerai peut-être à table!

Merci
Salutations

Écrit par : DURIN | 06/02/2014

Répondre à ce commentaire

Durin,

Pour le menu, c'était 90€ pour les 6 plats, mises en bouches et migniardises compris.
Pour le forfait vin, c'était 35€.
Mais apéro, café et fromage sont à compter à part.

Mark

Écrit par : MARK | 06/02/2014

Répondre à ce commentaire

merci Mark.

Curieusement, Tables d'amis est écrit en Français , les titres aussi mais après plus moyen pour moi de comprendre.
Je ne parle pas anglais ni hollandais;
Donc, pas facile.
Remarque avec google trad je peux peut-être.
Bref!
à bientôt en attendant j'ai ton blog pour alimenter mon cerveau.
salutations

Écrit par : DURIN | 10/02/2014

Répondre à ce commentaire

Oui, j'ai trouvé celà dommage aussi.
Je pense que je vais le signaler au chef.

Mark

Écrit par : MARK | 10/02/2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.