04/06/2010

Le blog culinaire, en ce qui me concerne

LE BLOG CULINAIRE, EN CE QUI ME CONCERNE

Après 2 ans et demi de blog culinaire, il était temps pour moi de faire un bilan introspectif de cette aventure et de réfléchir sur ce que sera mon blog culinaire à l'avenir et surtout sur ce qu'il ne sera pas.

Si vous connaissez un peu le monde des blogs culinaires, vous vous rendez vite compte qu'il y a autant de motivations pour débuter un blog culinaire qu'il n'y a de blogueurs. Mais même si on peut déceler les motivations des uns et des autres à travers leurs écrits, peu de blogueurs ont l'envie ou l'idée de se dévoiler complètement par rapport à celà. Il arrive aussi fréquemment que la motivation de création de départ, se mue en de nouvelles motivations, voir de nécessités. Pour certains blogueurs, le blog prend même un telle place dans leur vie, qu'il devient quasiment leur vie. Certains par besoin, en raison du soutien moral que peut apporter un blog pour eux, d'autres par mégalomanie, la blogosphère devenant alors un monde séparé du reste et dans lequel ils ou elles sont des VIP's se plaçant au-dessus du commun des mortels, d'autres encore par compensation d'une frustration professionelle ou personelle, un substitut par rapport à un manque, un problème familial ou une difficulté dans la petite enfance (et oui, Freud est parfois présent dans la blogosphère).  Le blog est alors un grand soutien afin d'affronter ces démons, mais risque de devenir très énergievore pour le blogeur et prendra une place démesurée dans sa vie avec tous les risques que celà comporte. Heureusement pour beaucoup d'entre vous, le blog culinaire reste simplement un outil de partage d'une passion quotidienne.

Il me semble donc intéressant de s'y attarder un peu et que chaqu'un réfléchisse à l'évolution de son blog et surtout que chaqu'un anticipe son devenir et se prémunit contre ses dérives. Je suis certain que pour un étudiant universitaire, celà ferait une sympathique thèse de fin d'études.

Ma façon de voir mon blog culinaire, ce qu'il est, sera, n'est pas et ne sera jamais, n'est pas pour autant une vérité. Tout le monde pense détenir la vérité dans ce bas monde, mais la vérité est naturellement multiple et dépend du ressenti de chaqu'un. Il ne s'agit donc ni plus ni moins que de ma propre analyse et de mes aspirations très personnelles. Loin de moi, l'idée de juger tel ou tel comportement ou motivation. Chaqu'un fait ce qu'il lui plait sur et avec son blog. C'est même l'essence de l'invention du blog au départ: un espace personnel  dans lequel on se livre, non pas à une page blanche cachée au regard de tous, mais bien au contraire au monde entier sans retenue.

Au départ, lorsque j'ai débuté avec ce blog, deux choses m'intéressaient dans cet outil. Premièrement, je trouvais facile de pouvoir classer mes recettes sur un support autre que papier, car plus pratique et surtout, celà prend beaucoup moins de place. Deuxièmement, il me paraissait intéressant de pouvoir quelques années plus tard, retracer une évolution dans la façon dont j'aborde la cuisine, ses techniques et la connaissance des produits et de leur mise en valeur par la cuisine.

Mais très vite, la blogosphère a montré d'autres avantages. Premièrement, celà intéresse aussi d'autres personnes. Beaucoup d'internautes (aujourd'hui entre 1500 et 3000 par jour) tombent (souvent par hasard) en cherchant des idées sur le net, sur nos blogs et y trouvent leur bonheur. En tout cas, c'est ce que j'espère, car peu d'internautes laissent des commentaires après avoir testé l'une au l'autre recette ou idée d'une recette. Parfois on reçoit des mails très sympa et on est content de faire avancer le schmilblick de la bonne cuisine. Deuxièmement, le fait de savoir que certaines personnes vous suivent plus régulièrement que d'autres et qu'il y a parmi eux aussi de très bons cuisiniers et cuisinières, celà vous oblige à donner le meilleur de vous même sur votre blog, de progresser, d'apprendre et celà motive aussi à aller plus vite en apprentissage, à découvrir des produits, tenter des choses plus difficiles et complexes. Troisièmement, le blog ouvre aussi aux rencontres merveilleuses, rencontres qui deviennent parfois des vraies amitées réelles et découlent en des rencontres 'en vrai' fréquentes. Malheureusement, certaines rencontres se soldent après quelque temps en désillusions, en fractures et en malentendus. Mais, c'est ça la vie, des liens se font et se défont, d'autres perdurent et se renforcent. Des belles rencontres j'en ai fait et j'espère bien encore en faire. Des désillusions et des fractures j'en ai eu aussi et j'en aurai encore. Pas bien grave tout ça.

Maintenant, revenons-en au début de ce post et répondons aux questions d'identité de mon blog, identité présente et future.

1. Mon but est plus que jamais de donner envie aux internautes de cuisiner et de faire passer le plus possible des messages de saisonalité (même si de temps en temps je ne respecte pas), de goût, de plaisir, de slow cooking, de producteurs, de tradition, de respect. J'ai déjà pu contaminer quelques personnes avec ma passion et je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin.

2. Ce blog est donc ouvert et pas fermé sur la seule blogosphère culinaire. Je ne vais donc pas mettre mon énergie à aller visiter tous les blogs de cuisine qui existent (et il y en a un paquet) afin de laisser, comme le font certains et certaines, des commentaires pas toujours intéressants, pas toujours intéressés, sur des recettes qu'on ne lit de toute façon pas de a à z, en espérant que le blogeur ou la blogeuse de l'autre côté viendra à son tour laisser le même type de commentaires chez soi, fera ainsi gonfler artificiellement le compteur et apportera dans certains cas (celà dépend de l'hébergeur) des €€€€. Par contre, je compte bien prendre un peu plus de temps pour découvrir de nouveaux blogs et rencontrer des autres passionnés de cuisine qui vallent la peine d'être connu et connues.

3. Je ferai tout ce que je peux pour respecter au mieux mes sources lorsque je réalise une recette qui n'est pas de ma patte ou quand je me base sur une recette de quelqu'un, qu'il soit blogeur ou grand chef. Celà me semble la moindre des choses. Certains le font, d'autres pas, et ils ont tort. Personne n'est dupe. On peut compter sur les dix doigts de la main les cuisiniers qui inventent, qui innovent à chaque plat. La cuisine est faite de partage et de transmission aussi et il n'y a aucune honte à avoir quand on se base sur un bon plat, même pas si on copie à 100% une recette. Si on la copie, c'est qu'elle est très très bonne. Mais il faut le dire.

4. Les blogeurs (de cuisine) sont maintenant de plus en plus devenu une cible intéressante pour les publicitaires, les télévisions, les radios, les quotidiens..... Le fait que nous sommes lus par des dizaines de milliers d'internautes chaque année, nous rend important à leurs yeux, mais nous rend aussi vulnérable aux dérives.

J'ai en cette matière pris des décisions. Au niveau produits, je ne compte pas m'associer à des produits ou des marques que je n'aurais pas utilisé et approuvé dans le cas ou je n'aurais pas eu de blog de cuisine. Même au niveau des concours, je ne me vois pas faire une recette avec un produit ou une marque que je n'apprécie pas. Il ne faut donc pas s'attendre sur mon blog a ce type de publicités. Maintenant, si j'aime le produit, si je suis convaincu à 100% par sa qualité, il est clair que je peux le promouvoir. Ce n'est pas le montant éventuellement offert ou le beau cadeau ou voyage, qui me fera décider, mais bien la qualité du produit. Je resterai donc sur ce point intransigant et en phase avec moi-même.

Au niveau des médias, je garderai la même réserve. Je n'accepterai pas n'importe quoi et surtout pas si celà n'est pas en phase avec ce que je veux faire passer. Pas de 'dînner presque parfait' pour moi donc, par exemple.

Au niveau des demandes de plus en plus multiples de répertoriage de mon blog, de mes recettes, sur différents sites. Celà ne m'intéresse pas. Mon blog me suffit amplement. Je ne vais pas m'amuser à passer des soirées entières à poster des recettes vers d'autres sites, à consulter des repertoires pour voir comment je suis classé etc etc.... C'est que j'ai surtout besoin et envie de cuisinner et de partager avec la famille et les amis cette passion.

5. Je veux rester honnête par rapport aux visiteurs. Chez moi, pas de trucages, pas de montages, pas de tappages. Les plats seront photographiés tels qu'il sont mangés à notre table. Les différents ingrédients seront toujours cuisinés et ne feront pas l'objet de traficotages et je vous assure qu'après avoir pris les photos, notre plat sera encore toujours bien chaud, même si pour la beauté d'une photo, il vaut parfois mieux mettre un ingrédient cru afin d'apporter un maximum de couleur. Je vais naturellement éssayer de m'améliorer en ce qui concerne la photo, car avouons-le, ce n'est vraiment pas mon fort et je n'y apporte probablement pas l'attention qu'il faudrait.

J'espère ne pas avoir choqué l'un ou l'autre avec ce post, mais j'avais envie de me clarifier par rapport à ce qui se passe sur la blogosphère en ce moment. Pas de surprises donc chez moi, tout est clair et net.

Surtout, soyons humble. Comme je l'ai déjà dit plusieures fois: pour chaque cuisinier amateur qui a un blog culinaire, il y en a des milliers d'autres qui cuisinent aussi bien, voir mieux, et qui n'ont pas de blog. Nous ne sommes pas exceptionnels, n'en déplaise à certain(e)s. Nous sommes des bons cuisiniers, certes, mais même si nous sommes une minorité dans la population, cette minorité compte beaucoup d'adèptes.

Bon Weekend à tous,

 

22:51 Écrit par Mark | Lien permanent | Commentaires (10)